Numéro de téléphone

06.75.98.81.22

Email

emilie.souchet.dieteticienne@gmail.com

Horaires

Lundi 8h-13h ; Mardi 8h-20h ; Mercredi 8h-20h ; Samedi 8h-20h

La néophobie, aussi appelée sélectivité alimentaire, est la peur de goûter de nouveaux aliments. La consommation alimentaire se restreint donc à un faible choix d’aliments (certaines textures, certaines familles d’aliments, certaines marques uniquement etc.). L’enfant refuse de consommer certains nouveaux aliments par peur et/ou dégoût. Selon le degré de néophobie cela peut être préjudiciable sur la santé de votre enfant (déficits, carences, mauvaise croissance etc.). D’où la nécessité de prendre en charge cette peur mais pas de panique, voici quelques conseils pour faire apprécier les nouveaux aliments à votre enfant :

  • Ne pas paniquer : ce n’est pas dramatique si votre enfant saute un repas, il n’y a pas de quoi vous affoler. Au contraire, paniquer peut induire une tension et une oppression ressentie par l’enfant lors des repas qui peut empirer la situation. Il faut dédramatiser et conserver une ambiance agréable à table.
  • Présenter au moins 10 fois l’aliment, sous diverses formes : il a été démontré que lorsque l’aliment est présenté 10 fois, il devient accepté par l’enfant. Attention tout de même à ne pas présenter toujours le même plat. Par exemple : dans le cas des brocolis pensez aux gratins, aux soupes, à la cuisson au wok, aux galettes de légumes, au risotto aux brocolis, aux pâtes aux brocolis, à la tarte aux brocolis, au pesto aux brocolis etc. Vous pouvez ainsi “cacher” l’aliment dans certaines préparations, même si votre enfant ne voit pas l’aliment, son palais s’y habitue.

[metaslider id= »2512″]

Source des images : https://www.750g.com/recettes_brocolis.htm

  • Ajouter des aliments familiers : dans vos préparations pensez à mettre des aliments appréciés comme des pâtes ou du gruyère. Votre enfant aura moins l’impression d’être en présence de quelques chose de totalement inconnu.
  • Toujours le faire goûter : vous pouvez l’autoriser à dire qu’il n’aime pas la préparation (pas l’aliment !) s’il a goûté. La prochaine fois essayez sous une autre forme.
  • Accepter que votre enfant peut aussi avoir des aversions : il est acceptable de dire que l’enfant n’aime pas un aliment si il l’a goûté 10 fois sans l’apprécier.
  • Penser au food art : cette présentation ludique vous permettra de rendre l’assiette plus “fun” tout en oubliant le côté compliqué de la néophobie. Vous trouverez sur internet pleins d’exemples, à vous de choisir avec votre enfant la recette la plus adaptée à son âge et à ses envies.

[metaslider id= »2537″]

Source : http://www.doolittle.fr/bon-appetit

  • Faire participer votre enfant : le faire participer aux courses (au marché de préférence), à l’entretien du potager et l’inciter à cuisiner va lui permettre de choisir lui-même les nouveaux aliments qu’il veut goûter. Ainsi il se sentira moins forcé. Un aliment que l’enfant a choisi et cuisiné sera beaucoup plus facilement goûté.
  • Prêter attention aux cinq sens : lors de la dégustation (même des aliments connus), pensez à lui demander ce qu’il ressent : De quelle saveur s’agit-il ? Quel effet l’aliment te fait en bouche ? Qu’est ce que tu n’aimes pas dans cet aliment (texture, goûte, température …) ou qu’aimes tu dans cet aliment ? Que penses-tu de l’odeur ? etc.
  • Manger comme votre enfant : il est très compliqué de faire apprécier un aliment nouveau à un enfant si vous même vous ne le consommez pas. Cela renvoi l’image d’un aliment que l’on peut détester. De plus votre enfant fait preuve de mimétisme, en vous voyant consommer cet aliment il sera plus tenté de le consommer à son tour. Il est important que toute la famille consomme les mêmes aliments.
  • Jouer sur la variété au sein d’une famille d’aliments : par exemple s’il n’aime pas la viande rouge, proposez de la viande blanche ou du poisson, s’il n’aime pas le lait proposez des yaourts ou du fromage etc.

Vous pourriez aussi aimer