Numéro de téléphone

06.75.98.81.22

Email

emilie.souchet.dieteticienne@gmail.com

Horaires

Lundi 8h-13h ; Mardi 8h-20h ; Mercredi 8h-20h ; Samedi 8h-20h

En France les allergies alimentaires concernent 8% des enfants et 4% des adultes. Ces dernières années ces chiffres sont en augmentation.

Les raisons de cette augmentation sont :

  • les habitudes alimentaires actuelles : produits industrialisés donc avec des additifs et risques de contamination croisée, exposition à de nouveaux aliments grâce à la mondialisation …
  • le confort de la société moderne dans laquelle le milieu est stérilisé il y a donc un manque d’exposition aux agents pathogènes et donc une moindre maturation du système immunitaire des nourrissons
  • Une diversification alimentaire peut-être trop précoce

Définition de l’allergie

Une allergie est une réaction immunitaire anormale vis à vis d’un allergène normalement toléré par le système immunitaire. Elle peut être grave voir mortelle et elle n’est à ne pas confondre avec l’intolérance alimentaire. Cette dernière ne mets pas en jeu le pronostic vital.

Est-ce que je souffre d’allergie ?

Si vous pensez être allergique à un aliment (ou si vous pensez que votre enfant est allergique) la conduite à tenir est de consulter au plus vite un allergologue qui va vous faire des tests. Il est le seul à pouvoir poser le diagnosticVous ne devez pas vous autoproclamer allergique à tel ou tel aliment au risque de vous l’interdire ce qui peut avoir de graves conséquences (apparition d’une frustration, de troubles du comportement alimentaire, création d’une intolérance car votre corps ne connaitre plus cet aliment lors de la prochaine consommation …).

Je suis allergique à certains aliments : que faire ?

L’allergologue a posé le diagnostic : vous ou votre enfant souffre d’allergie alimentaire. Cela peut-être une source de stress mais pas de panique, il est possible de se nourrir normalement sans risque, il suffit de suivre certains conseils. La première chose à faire (votre allergologue vous l’a surement conseillé) est d’aller consulter un diététicien. Cette consultation sera personnalisée et adaptée à vos besoins, à votre mode de vie, vos habitudes, vos croyances et surtout à votre niveau d’allergie. Votre seuil de tolérance est déterminé par allergologue et cela peut induire la mise en place d’un régime plus ou moins strict. Vous l’aurez compris il est essentiel pour vous de consulter mais voici tout de même quelques conseils généraux :

#1 Connaitre les aliments contenant l’allergène

Sachez la liste des aliments contenant l’allergène incriminé. Votre allergologue vous les aura certainement énuméré.

#2 Savoir trouver les allergènes cachés 

Dans les aliments industriels ont trouve des additifs et il existe un risque de contamination croisée (ce sont les « risques de trace de … ») cela signifie que l’allergène peut être présent. Il vous faudra donc lire les étiquettes alimentaires et chercher dans la liste des ingrédients les aliments que vous devez éviter. Ils sont généralement mis en gras ou soulignés et ils doivent obligatoirement être indiqué dans la liste des ingrédients.

Par exemple dans l’étiquette suivante les allergènes sont le blé, les œufs, le lait, le beurre, le gluten, les noisettes, le soja et les amandes.

La lecture des étiquettes alimentaires doit donc devenir un réflexe et il vous faudra être vigilent, les allergènes sont partout même dans les aliments les plus inattendus … 

#3 Dans le cas d’un enfant, mettre en place un PAI

Un PAI (projet d’accueil individualisé) doit être mis en place si votre enfant est scolarisé ou s’il est chez une assistante maternelle. Ce projet est mis en place chez tous les enfants dont l’état de santé nécessite des dispositions particulières. Il sert notamment à prévoir des repas exempts d’allergènes pour l’enfant et prévoit les mesures en cas d’urgence. Parlez-en à l’assistante maternelle ou à l’infirmière scolaire.

#4 Mettre en place une réintroduction

Les aliments allergisants seront réintroduits progressivement dans votre alimentation en fonction de votre seuil de tolérance et avec l’aide obligatoire de professionnels de santé. Cela s’appelle une désensibilisation. Ainsi, sachez qu’avec le temps vous serez amené à consommer des doses quasiment normales de ces aliments. Attention il existe quelques exceptions d’allergies vraiment importantes où aucune désensibilisation n’est possible.

#5 Tenir un carnet alimentaire

Il est bon de noter vos consommations alimentaires afin de pouvoir trouver l’aliment responsable en cas de nouvelle réaction allergique. Le diététicien vous demandera certainement de le faire mais vous pouvez le faire avant même la première consultation afin qu’il puisse repérer éventuelles erreurs alimentaires (aliments contenants des allergènes « cachés » …).

#6 Entrez en contact avec d’autres personnes dans votre cas

L’AFPRAL (association française pour la prévention des allergies) et les blogs de parents d’enfants souffrant d’allergies peuvent vous être d’une grande aide, n’hésitez pas à vous renseigner. Lien : https://allergies.afpral.fr

Vous pourriez aussi aimer